Nancy Harms

Certaines partent du Michigan pour s’installer à New York (et devenir Madonna), d’autres quittent le Minnesota pour venir chanter dans la grosse pomme. La voix chaude et jazzy de Nancy Harms s’est posée à Greenwich Village en 2010.

Articulés autour d’un piano, les notes de Nancy Harms volent et virevoltent en rappelant les grandes heures du (soft) jazz New Yorkais. Son premier moment important à New York, ce fut au Bar next door (aka le Lanterna Café), à Greenwich Village évidemment.

Dans son dernier album, elle reprend des standards de Duke Ellington, avec émotion et maitrise, sans fioritures mais avec une sensibilité incontestable.

Une artiste à suivre, et un lieu, le Lanterna Café, à explorer tard le soir…

Nancy Harms

Au passage, merci FIP pour la découverte 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *