La Californie se gèle à New York #stpatricksday

Ça part mal : Californie, New York et Saint Patrick dans le même article. Mais pourtant si, en cette Saint Patrick, rendez-vous dans la cathédrale New Yorkaise du même nom où quatre californiens grelottent en rêvant de leur cher état. California Dreamin’.

En 1963, John et Michelle Philipps, deux hippies venus de leur Californie lointaine à New York pour camper autour de Greenwich Village et essayer de trouver leur fortune dans la musique, se font chier grave. Il fait froid. Il fait gris. Il fait moche. Les feuilles des arbres sont marron. C’est l’hiver (non mais l’hiver ! franchement ! Ça n’existe même pas en Californie, l’hiver !). Ils écrivent une chanson pour se plaindre.

All the leaves are brown and the sky is grey
I’ve been for a walk on a winter’s day
I’d be safe and warm if I was in L.A.
California dreaming on such a winter’s day

(Toutes les feuilles sont marron et le ciel est gris, j’ai été me promener un jour d’hiver, je me sentirais tellement plus en sécurité et au chaud si j’étais à  Los Angeles, je rêve de la Californie en plein hiver).

Ils passent par une église — ou plutôt une cathédrale, puisqu’il s’agit de St-Patrick, sur la 5ème Avenue. Ce sont des hippies, pas le genre de personnes à fréquenter habituellement une église, fût-elle une magnifique cathédrale néo-gothique comme Saint Patrick. Alors ils rentrent parce qu’ils ont froid et font semblant de prier. En rêvant de leur Californie natale.

Stepped into a church I passed along the way
Well, I got down on my knees and I pretend to pray
You know the preacher, like the cold, he knows I’m gonna stay
California dreaming on such a winter’s day

Ils auraient bien voulu raconter autre chose dans le troisième couplet, mais l’écriture des deux premiers a dû être tellement épuisante qu’ils ont décidé de chanter à nouveau le premier.

All the leaves are brown and the sky is grey
I’ve been for a walk on a winter’s day
If I didn’t tell her I could leave today
California dreaming on such a winter’s day
On such a winter’s day, on such a winter’s day

Cette chanson a sans doute été écrite autour de la Saint Patrick (voire quelques semaines avant) de l’année 1963. Il faudra attendre début 1966 pour que la version enregistrée par Michelle & John avec devienne le succès que l’on connait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *